Man acquitted of molesting woman on SIA flight from Japan, says he was sleeping

SINGAPORE: A man accused of molesting a woman on a Singapore Airlines flight from Japan to Singapore was acquitted of the charge on Tuesday (Sep 15), after the judge found that the woman’s testimony was not strong enough for a conviction based solely on it.

He found that the account of American national Roberto Eduardo De Vido, 56, was consistent and accepted it as “a truthful account of what transpired during the flight”.

Mr De Vido had testified that he was sleeping and explained his routine during the flight, on which he was a frequent traveller, said District Judge Bala Reddy.

Mr De Vido was accused of molesting a 25-year-old woman, whose identity is protected by gag order, during a flight on a Singapore-controlled aircraft in June last year from Japan’s Haneda Airport to Changi Airport.

He was accused of using criminal force on the woman, who sat next to him, by touching her left thigh and groin and outraging her modesty.

For the charge to be made out, the prosecution had to show beyond reasonable doubt that the accused used criminal force on the woman and that he did so knowing that it was likely to outrage the woman’s modesty, said the judge.

 

https://www.channelnewsasia.com/news/singapore/man-acquitted-molest-singapore-airlines-flight-japan-13113838

Public Health Agency president stepping down, cites need for a break

OTTAWA — Several months into the COVID-19 public health crisis, and with cases on the rise in some regions, the president of the Public Health Agency of Canada Tina Namiesniowski has announced she’s stepping down.

A replacement will be announced next week, the agency has confirmed.

In an email to staff on Friday Namiesniowski said she is in need of a break, citing the whirlwind nearly 10 months since the agency first picked up word of what then was a cluster of cases of a respiratory illness in Wuhan, China.

https://www.ctvnews.ca/health/coronavirus/public-health-agency-president-stepping-down-cites-need-for-a-break-1.5110980

Exposing the progressive movement’s historical embrace of racist eugenics

ndependent Institute research fellow and professor emeritus of economics in College of Business at the University of Nevada, Reno, Thomas Cargill, joins Ben Domenech on the Federalist Radio Hour. They discuss the lack of educational materials covering the history of the progressive movement, particularly their implementation of eugenics and forced sterilization in order to attain a better society.  

(Article republished from TheFederalist.com)

According to Cargill, there are two reasons why there is a lack of teaching on these subjects. First, the progressives who spurred on this movement have been “very successful in dominating American education.” Secondly, Cargill claims that progressives wanted to distance themselves from the eugenics ideology that Hitler claimed in the 1930s.

Cargill also explained how figures like Planned Parenthood’s Margaret Sanger felt justified in participating and enabling eugenics because they believed they were contributing to the forward movement of society.

“You could be a racist and still a moralist because what you were doing was ridding society of the unfit so society would be more efficient,” Cargill said.

“Eugenics and progressivism were, in a sense, made for each other because you had the progressives that said, ‘Look we have all these instruments that we can use to improve society and now we have this science that tells us how to do it. And of course we do have our problem because of the dilution of the quality of the American society,’” Cargill added. 

You can read Cargill’s article about the lack of educational materials covering the eugenics movement here. You can also read more of his eugenics research here.

Read more at: TheFederalist.com or Eugenics.news

 

https://www.naturalnews.com/2020-09-20-progressive-movements-historical-embrace-racist-eugenics.html

Are Black Male NFL Players Requesting Charter Flights To Be Filled with Blonde White Women?

Are Black Male NFL Players Requesting Charter Flights To Be Filled with Blonde White Women?

Interracial Marriage

According to Steve King, “Looks like black players request blond & blue-eyed flight attendants on their team charter flights.” According to Lana Lokteff black players are requesting white girls for their charter flights. Is this true?

According to Bloomberg, United Airlines Holdings Inc. packs its charter flights for sports teams with young, blond crews and bars older flight attendants from working the plum routes, according to a new lawsuit.

In so doing, the airline bases the value of workers “entirely on their racial and physical attributes, and stereotypical notions of sexual allure,” according to two veteran flight attendants who sued Friday in California.

The attendants — a Black woman who has worked for the airline for 28 years said she tried repeatedly and unsuccessfully to get assigned to work the charter flights.

In a statement released Saturday, United highlighted its track record on diversity and inclusion.

United said the…

View original post 45 more words

L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts

Des experts qui conseillent le gouvernement pour l’achat de vaccins contre la COVID-19 ont des liens étroits avec des compagnies pharmaceutiques, selon les informations recueillies par Radio-Canada.

Impossible de connaître la liste complète de ces conflits d’intérêts, puisqu’ils ne sont pas révélés publiquement.

Le gouvernement fédéral a mis sur pied en juin le Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19 : 12 scientifiques et gens d’affaires, qui conseillent Ottawa, afin de s’assurer d’obtenir les dizaines de millions de doses de vaccins qui seront nécessaires pour protéger les Canadiens.

Or plusieurs membres de ce comité ont des liens d’affaires avec des compagnies pharmaceutiques qui ont déjà signé des contrats avec le gouvernement, ou qui sont en lice pour en obtenir un.

C’est complètement inacceptable, selon le professeur en santé publique, Amir Attaran. Les conflits d’intérêts sont assez graves. Les décisions n’ont pas l’air indépendantes. C’est préoccupant pour les Canadiens.

Des conflits flagrants

Radio-Canada a documenté plusieurs cas de conflits d’intérêts réels ou potentiels parmi les membres du comité, que le gouvernement cherche à garder confidentiels. Voici quelques exemples :

Christopher Procyshyn est PDG et cofondateur de la compagnie Vanrx, basé à Burnaby en Colombie-Britannique. Vanrx fabrique des remplisseuses de fioles et de seringues automatisées. Un de ses clients est la pharmaceutique Moderna, qui vient tout juste de signer un contrat avec Ottawa pour l’achat de 56 millions de doses de vaccins.

Vanrx a également reçu un contrat d’Ottawa de 11 millions de dollars, sans appel d’offre, pour de l’équipement et de l’approvisionnement de laboratoire. Le contrat a été accordé en juillet, un mois après la mise sur pied du Groupe de travail.

 

Michel De Wilde a été haut dirigeant chez Sanofi Pasteur. Il est maintenant consultant privé basé au New Jersey et siège au conseil d’administration de deux compagnies, CureVac AG et VBI Vaccine, qui développent un vaccin contre la COVID-19. VBI Vaccine fait présentement du lobbying à Ottawa pour obtenir une subvention afin de développer son vaccin.

 

Benjamin Rovinski est directeur général de Lumira Ventures, une firme d’investissement canado-américaine qui met l’accent sur les biotechnologies. Un de ses portefeuilles d’investissement, le Fonds de biosciences Merck Lumira, détient 11 millions de dollars en actif. Merck développe un vaccin contre la COVID-19.


Et il ne s’agit que de la partie émergée de l’iceberg. Depuis le mois de juin, les membres du Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19 ont déclaré 23 conflits d’intérêts, pour lesquels ils ont dû se récuser des discussions.

Ces exemples à eux seuls démontrent qu’il y a un risque réel que des décisions importantes pour la santé des Canadiens soient teintées par des intérêts privés, explique Marc-André Gagnon, professeur à l’Université Carleton.

Il n’y a pas d’imputabilité, aucune transparence. Ce n’est pas sain du tout.

Marc-André Gagnon, professeur en politique publique de l’Université Carleton

Selon lui, les Canadiens sont en droit de se demander si les décisions prises sur un futur vaccin au Canada seront vraiment prises dans l’intérêt du public ou si elles seront influencées par des intérêts privés.

 

La situation crée des tensions au sein même du Groupe de travail. Un des membres a remis sa démission. Le quotidien Le Devoir rapportait samedi que le chercheur Gary Kobinger, directeur du Centre de recherche en infectiologie de l’Université Laval, avait quitté le groupe il y a quelques semaines, notamment en raison du manque de transparence.

Des conflits documentés

Le gouvernement assure être au courant de l’existence de ces conflits d’intérêts. Chaque membre du Groupe de travail a dû faire une déclaration solennelle. Celles-ci ont été examinées et formellement documentées à l’interne, dit-on.

Chaque fois qu’on amorce une discussion, les membres doivent déclarer leurs conflits, raconte André Veillette, qui siège sur le Groupe de travail.

Quand c’est potentiellement délicat, les membres se récusent, ils sont exclus des discussions et quittent la pièce. Ils reviennent quand le dossier n’est plus discuté.

André Veillette, professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal

C’est du bénévolat, ajoute André Veillette. On le fait par devoir, par amour pour le Canada. Je suis fier d’en faire partie et de contribuer.

La scientifique en chef du Canada Mona Nemer, qui siège également au Groupe de travail, assure que les règles strictes sont suivies à la lettre.

Il n’y a pas une fois où je ne me suis sentie mal à l’aise parce que quelqu’un n’aurait pas dû être là, confie-t-elle.

Manque de transparence

Le problème, selon les professeurs Attaran et Gagnon, c’est que la nature des déclarations de conflits d’intérêts demeure secrète.

Ottawa refuse de divulguer cette information au grand public, sous prétexte que chaque membre est un consultant bénévole externe qui ne prend aucune décision de financement. Il ne fait que conseiller les ministres, selon une déclaration écrite du secrétariat du Groupe de travail.

Ce n’est pas une mauvaise chose d’aller chercher des conseils chez des gens qui ont des liens dans l’industrie pharmaceutique, reconnaît le professeur Amir Attaran. Là où le bât blesse, selon lui, c’est dans le manque de transparence.

Ce n’est pas une bonne façon de fonctionner, soutient le professeur Gagnon.

On ne peut pas voir les déclarations de conflits d’intérêts. [Il est] donc impossible de savoir si les décisions sont prises sans influence d’intérêts financiers. Ça me pose problème.

Marc-André Gagnon, professeur en politique publique de l’Université Carleton

Ce manque d’imputabilité irrite aussi l’opposition officielle. En temps de pandémie, on ne peut pas se permettre de tourner les coins ronds, avance le député conservateur Pierre Paul-Hus. C’est un manque de transparence et d’éthique flagrant de la part du gouvernement Trudeau.

Faire comme la Suisse

Selon Pierre Paul-Hus, le Canada devrait prendre exemple sur la Suisse, qui publie sur Internet tous les conflits d’intérêts de son Groupe de travail sur la COVID-19.

Au moins deux membres du Groupe de travail ne sont pas contre l’idée.

Moi je dirais “pas de problème”; dans le milieu académique, on est habitué à le faire, indique le professeur Veillette. Je pense que personne sur le comité ne s’y opposerait, renchérit la scientifique en chef du Canada, Mona Nemer.

Questionné à ce sujet, le ministre de l’Innovation Navdeep Bains, responsable du Groupe de travail, refuse de s’engager à rendre les conflits d’intérêts publics. Le gouvernement rate une belle occasion de faire taire les critiques, selon Marc-André Gagnon.

Quand on parle de vaccin, il y a beaucoup d’hésitations et de méfiance dans la population. Pour construire la confiance conclut-il, ça prend plus de transparence.

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1734964/groupe-travail-vaccins-compagnies-pharmaceutiques-canada